Arrêtez les massacres aux Philippines! Attaquez Duterte en justice pour ses crimes contre le peuple philippin!

Photo par Lucky Dela Rosa/Philippine Collegian

Signez la déclaration d'unité via ce lien: https://forms.gle/PZHrnbud97sogkP19. Des traductions de la déclaration d'unité sont également disponibles en espagnol, anglais, arabe, thaï et chinois

***

Le mois d’août marque un mois sanglant aux Philippines sous l’administration Duterte. Il y a quatre ans, le 16 août 2017, des policiers effectuant une intervention antidrogue dans un quartier défavorisé de Caloocan abattent Kian Delos Santos, un lycéen de 17 ans, dans une ruelle glauque et remplie d’ordures située le long de la rivière Tullahan.

Le 18 août 2017, Carl Angelo Arnaiz, 19 ans et Reynaldo « Kulot » de Guzman, 14 ans, élève du primaire, disparaissent égalemen. Tous deux sont vus pour la dernière fois à Cainta, Rizal. Le corps d’Arnaiz est retrouvé dans une morgue de Caloocan 10 jours plus tard. L’autopsie de la police révèle que Carl a reçu cinq balles dans le torse et a été tué alors qu’il était au sol ; deux balles ont transpercé la partie droite de sa poitrine, une a été tirée au milieu, une à gauche et une dans l’estomac. Le corps de De Guzman est retrouvé dans un ruisseau de Nueva Ecija le 6 septembre 2017, à 70 kilomètres de son domicile de Cainta, Rizal, où il est vu pour la dernière fois avec Carl. Sa tête est enveloppée dans du ruban d’emballage, et son corps porte 31 coups de couteau.

La police a affirmé que Kian était un trafiquant de stupéfiants et qu’il s’est défendu (« nanlaban » en tagalog) lorsque les policiers se sont approchés de lui, et qu’ils auraient retrouvé sur le garçon un pistolet de calibre 45, quatre cartouches et deux sachets de ce qui aurait été du shabu (méthamphétamine). Ils ont raconté une histoire similaire pour Carl, qui, selon eux, aurait organisé un braquage dans un taxi à Caloocan et tiré des coups de feu en direction de la police qui a répondu à l’appel du chauffeur de taxi ; ils affirment avoir tué Carl sur place. Un rapport de police indique qu’ils ont retrouvé sur Carl un pistolet de calibre 38, deux sachets de feuilles de marijuana, trois sachets de shabu et un sac à dos contenant « divers effets personnels ».

Ce récit de« nanlaban » est une histoire que la police a colportée dans des centaines d’autres opérations antidrogue pour justifier l’assassinat de personnes soupçonnées d’être des trafiquants de stupéfiants. Toutefois, ces histoires sont truffées de lacunes flagrantes et de récits douteux de la part de la police. Un schéma clair de recyclage et de dissimulation d’éléments de preuve, notamment armes et drogues illégales, pour inventer des rencontres armées lors de diverses opérations antidrogue, a été établi. Des témoins ont signalé que des hommes armés en civil ont attrapé Kian dans le magasin de sa famille et l’ont giflé et frappé jusqu’à ce qu’il s’effondre en pleurs et supplie pour sa vie ; les images des caméras de sécurité du quartier ont montré que Kian avait été traîné jusqu’à la ruelle où son corps a été retrouvé. Les résultats de l’autopsie réalisée sur le corps de Carl ont contredit les affirmations selon lesquelles il aurait participé à une fusillade. De toute évidence, ces trois jeunes ont été assassinés de sang-froid.

Les assassinats et les enlèvements de Kian, Carl et Kulot, qui se sont produits en l’espace de quelques jours, et l’indignation publique massive qui a suivi ont conduit à la condamnation de trois policiers pour le meurtre de Kian, ainsi qu’à des mandats d’arrêt contre deux policiers pour avoir torturé, dissimulé des preuves (drogue et armes à feu), et assassiné impitoyablement Carl et Kulot. Cependant, les assassinats dans cette guerre brutale n’ont fait que s’intensifier avec une impunité flagrante. Les attaques continuent malgré la pandémie de COVID-19. Selon les données de l’Agence philippine de répression du trafic de stupéfiants, le bilan des décès lors d’opérations antidrogue s’élevait à 6 165 en juin 2021, et des milliers d’autres ont été sommairement exécutés par des hommes armés non identifiés dans le cadre d’exécutions à des fins d’autodéfense.

Les familles des victimes de cette guerre continuent de demander justice, alors même que les mécanismes nationaux de redevabilité se sont avérés lents, inefficaces et essentiellement inexistants pour poursuivre les auteurs de ces meurtres. C’est pourquoi le Bureau du Procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a demandé l’ouverture d’une enquête sur les crimes contre l’humanité présumés commis dans le cadre de la guerre contre la drogue.

Malgré cela, le président Duterte reste imperturbable et ne montre aucun signe de remords. Dans son sixième et plus récent discours sur l’état de la nation, le président Duterte a nargué la CPI et réitéré sans vergogne cette politique étatique de meurtres de masse, non seulement dans la guerre contre la drogue, mais aussi dans la campagne anti-insurrectionnelle du gouvernement où il a donné des ordres à la police et à l’armée contre les prétendus rebelles communistes : « abattez-les ».

L’année dernière, le 10 août 2020, Randall Echanis, consultant pour la paix et défenseur foncier et environnemental, a été assassiné à son domicile de Quezon. L’autopsie indépendante réalisée a montré qu’il avait été torturé avant d’être poignardé à mort. Echanis était consultant de longue date du Front démocratique national des Philippines (NDFP) dans les négociations de paix avec le gouvernement philippin et membre du Comité bipartite de travail du NDFP sur les réformes socio-économiques. Il était également président du parti Anakpawis (Masse ouvrière) et secrétaire général adjoint du mouvement Kilusang Magbubukid ng Pilipinas (paysans et fermiers philippins).

Le 17 août 2020, au moment des obsèques de Ka Randy, des inconnus ont abattu Zara Alvarez, défenseuse des droits humains, à Bacolod, dans la province du Negros Occidental. Zara était une parajuriste de Karapatan, Negros, une mère célibataire et une travailleuse de la santé. Ka Randy et Zara faisaient tous deux partie d’une liste d’au moins 600 personnes, une pétition du ministère de la Justice visant à proscrire le Parti communiste des Philippines et la Nouvelle armée populaire en tant que « terroristes » en 2018. Ceci s’est produit en vertu de la loi sur la sécurité humaine, aujourd’hui abrogée, alors que leurs meurtres sont survenus quelques mois seulement après la promulgation d’une Loi antiterroriste encore plus insidieuse.

Si les noms de Ka Randy et de Zara ont finalement été retirés de la pétition de proscription de 2018, cet acte flagrant d’étiquetage rouge avait déjà placé des cibles sur leur dos, une manifestation des conséquences dangereuses et souvent fatales de l’étiquetage rouge. Mary Lawlor, Rapporteuse spéciale de l’ONU sur la situation des défenseurs des droits humains, a noté dans son rapport de 2020 que l’étiquetage rouge était une menace de mort propre au contexte contre les défenseurs des droits humains, et que « aux Philippines, être « étiqueté » « rouge » ou communiste est une menace sérieuse proférée contre les défenseurs, et que certains défenseurs qui ont été ainsi marqués ont été assassinés. »

Plus de 400 personnes ont été victimes d’exécutions extrajudiciaires dans le cadre de la campagne contre l’insurrection menée par le gouvernement entre juillet 2016 et juin 2021. Nombre de ces personnes étaient des militants, des défenseurs des droits humains, des syndicalistes, des pacifistes, des leaders paysans et indigènes, des écologistes, des membres d’églises, des avocats, des journalistes. La plupart de ces personnes ont été étiquetées et publiquement insultées comme « terroristes communistes » avant d'être assassinées de sang-froid, soit par des agresseurs non identifiés, soit lors d’opérations policières et militaires, au cours desquelles ils auraient « riposté », faisant écho au récit du « nanlaban » de la guerre contre la drogue.

Le mois d’août étant devenu le mois des assassinats aux Philippines sous l’administration Duterte, une administration dont le legs est constitué de meurtres à grande échelle, de familles victimes abandonnées et de terreur d’État, nous choisissons de le marquer par la commémoration et la réflexion : un mois pour agir et demander justice. Cette politique d’État de massacre doit cesser.

En nous souvenant de Kian, Carl, Kulot, Ka Randy et Zara, nous nous souvenons des milliers de victimes d’exécutions extrajudiciaires. Nous sommes solidaires de leurs familles et demandons des comptes. En demandant justice, nous lançons un appel pour que cessent les meurtres aux Philippines et pour que cessent toutes les campagnes et politiques sanglantes qui ont facilité ces meurtres. Nous demandons aux instances internationales, telles que la CPI et le Conseil des droits de l’homme de l’ONU, de mener des enquêtes impartiales et indépendantes sur la crise des droits humains dans le pays et de poursuivre le président Duterte et ses alliés pour leurs crimes cruels contre le peuple philippin.

Nous ne devons pas perdre un autre Kian, Carl, Kulot, Ka Randy ou une autre Zara dans les campagnes meurtrières de l’administration Duterte. Nous devons nous opposer aux violations endémiques des droits des personnes et des libertés civiles. Nous devons agir aujourd’hui. ###

Liste initiale des signataires

  • Karapatan
  • Rise Up for Life and for Rights
  • Kilusang Magbubukid ng Pilipinas
  • Ecumenical Voice for Human Rights and Peace in the Philippines
  • Concerned Artists of the Philippines
  • Sandugo Movement of Moro and Indigenous Peoples for Self-Determination
  • Kalikasan People’s Network for the Environment
  • National Union of Peoples’ Lawyers
  • Kodao Productions